Ulrich WeinerEté 1992: Ulrich Weiner utlisant un P1 de Siemens et le nouveau réseau D1 de la Telekom, au premier plan son vélo.A l'âge de 10 ans, j'ai fait ma première expérience avec la radiocommunication. J'avais épargné mon argent de poche pour acheter deux talkies-walkies et la possibilité de communiquer sans fil me fascinait tellement que j'ai immédiatement recommencé d'épargner pour un appareil avec une portée plus longue. A l'âge de 12 ans, j'y étais arrivé: j'ai inauguré ma première station radio avec une portée d'environ 30 kilomètres. Mais peu après, cela aussi ne me suffisait plus.

J'ai appris d'un ami qu'il était possible de passer, en tant que radioamateur, un examen de service de radio à la poste fédérale allemande de l'époque. Quand on y réussissait, on recevait alors l'autorisation d'envoyer des messages par radio dans le monde entier. Ma décision a été prise soudainement, je devais cependant attendre jusqu'à ce que j'eusse atteint l'âge minimum de 14 ans. J'ai profité de ce temps-là en acquérant plus d'expériences dans le monde de la radiotechnique et l'électrotechnique. Le meilleur exemple pour mes ambitions techniques, c'était la transformation qu'a subi mon vélo. Quand j'ai finalement passé l'examen, je l'ai réussi la première fois.

A partir de ce moment-là, je possédais une licence de radioamateur et je pouvais, théoriquement, émettre des messages par radio dans le monde entier. A l'époque, je ne disposais cependant pas de moyens financiers pour acheter les appareils qu'il aurait fallu pour cela, donc j'ai de nouveau commencé à épargner. En vue d'atteindre mon but plus vite, j'ai brigué plusieurs emplois, ce qui m'a, entre autres, donné la possibilité d'installer des téléphones de voiture pendant mes loisirs. Cela me faisait bien sûr très plaisir et de plus, j'avais toujours à faire avec les derniers modèles de téléphones portables. Il est vite devenu évident que c'était mon truc, alors je suis entré à l'âge de 16 ans en apprentissage d'électronicien de communication dans le secteur de la radiotechnique. Pendant ma dernière année d'apprentissage, j'ai demandé une licence et j'ai fondé à l'âge de 18 ans ma propre entreprise. Au début, je vendais des téléphones mobiles et les premiers portables. Plus tard, aussi des systèmes RNIS. La demande était élevée, donc nous nous sommes rapidement agrandis. A l'âge de 20 ans, j'employais déjà 20 salariés. Moi même, je rendais surtout visite à la clientèle et, par conséquent, j'utilisais fréquemment les téléphones de voiture et le portable. On appelait ma voiture "l'hérisson" parce que j'avais fixé entre sept et quinze antennes sur son toit, selon ce que j'étais en train de tester. Ce sobriquet était assez convenable, car j'y avais installé tout ce qui était techniquement possible à l'époque. Il y avait un téléfax ainsi qu'un accès Internet mobile. Toutefois, ce dernier était très lent, comparé à notre époque, et il n'était pas aussi important, comme la plupart de la communication se déroulait par fax ou téléphone. Je ne réfléchissais jamais aux conséquences possibles de la radiotechnique car je pensais que si c'était dangereux, ce serait certainement interdit.

Seulement en ce qui concernait l'introduction des réseaux de téléphonie numérique mobile sur couverture européenne, des médecins et des techniciens aux alentours de chez moi me mettaient toujours en garde contre la radiotechnique numérique, en disant qu'il n'y avait pas de preuves scientifiques qu'elle était sans risques. Bien que j'aie entendu cela assez souvent, je continuais à téléphoner avec mon portable sans penser à mal. Et tout s'est bien passé pendant beaucoup d'années, jusqu'au moment où j'ai commencé à être déconcentré dès que j'avais téléphoné. D'abord, je ne voulais pas l'admettre et je me suis fait subir plusieurs tests. Par exemple, j'ai renoncé complètement au portable pendant quelques jours pour voir s'il y avait un rapport avec ma concentration ou non. Et effectivement, les jours où je renonçais à mon portable, j'arrivais à me concentrer beaucoup mieux et à être plus performant que pendant les jours où je l'utilisais. J'ai fait ces essais au cours de plusieurs semaines jusqu'à ce que j'aie dû avouer qu'une nette relation existait bel et bien. J'ai pris la décision de restructurer l'entreprise de telle sorte que nous pouvions travailler sans portables. Cela s'est passé très bien, et grâce à quelques optimisations, nous avons réussi non seulement à supprimer les portables complètement mais aussi à augmenter notre productivité et le chiffre d'affaires.

Malheureusement, les portables s'imposaient de plus en plus et on implantait toujours plus d'antennes-relais. J'ai ainsi appris ce que veut dire téléphoner passivement. Chaque fois que quelqu'un téléphonait près de moi, j'avais exactement les mêmes symptômes comme si je téléphonais moi-même. En conséquence, il me fallait trouver des possibilités d'éviter ces situations. Au début, ce n'était pas très difficile vu qu'il n'y avait pas encore de réception du portable dans la plupart des immeubles et on devait toujours sortir pour passer un coup de fil. A cause de l'extension croissante du réseau, j'avais de plus en plus de difficultés, et mon état physique s'aggravait chaque fois que je m'approchais d'un transmetteur. En 2002, tout a atteint son apogée à l'aéroport de Francfort où j'ai subi un effondrement total. J'étais en train de prendre mes bagages du tapis roulant quand j'ai soudain eu des troubles visuels, suivis d'arythmies cardiaques et de troubles du langage. J'ai été hospitalisé et les médecins ont tout consigné en détail. C'était l'exposition au rayonnement micro-ondes élevé produit par les nombreux transmetteurs dans l'aéroport qui avait causé mon collapsus. Je me suis vite rendu compte que je ne pouvais pas continuer à vivre comme avant. Quand je suis sorti de l'hôpital, j'ai essayé de me remettre à la maison, mais sans succès. Dès que je me sentais assez fort, je me suis rendu dans les bois en voiture. J'y ai passé la nuit tant bien que mal sur la banquette arrière. Et c'était à peine croyable, mais après deux jours dans la forêt, je me sentais tellement redressé que j'étais capable d'aller au bureau et de reprendre mon travail le troisième jour. Le soir, j'ai emporté tous les appareils de mesure que mon entreprise possédait, et j'ai constaté qu'il n'y avait effectivement pas de couverture réseau pour les portables ni de réception de télévision, et que la réception de radio était très faible. Comme je n'arrivais justement pas à croire que des systèmes radio avaient un tel impact sur mon corps, j'ai recommencé ce genre de tests plusieurs fois. Il devenait de plus en plus évident: les radiations numériques ne conviennent pas aux systèmes biologiques. J'ai décidé d'examiner cela de plus près, et au cours des années, j'ai trouvé de nombreuses études attestant ma théorie. De plus, j'ai fait la connaissance d'autres personnes concernées. Au début, il s'agissaient surtout de techniciens, d'ingénieurs et du personnel des transmetteurs. Mais au fil des ans, de plus en plus de personnes n'ayant rien à faire avec la technique se sont mêlées à nous. Pourtant, toutes avaient quelque chose en commun: elles vivaient près d'un transmetteur ou elles avaient, sans le savoir, un propre transmetteur dans la maison, par exemple sous forme d'un téléphone sans-fil DECT ou/et un accès Wi-Fi. Pour faire circuler ces connaissances, j'ai commencé à tenir des conférences publiques et de prévenir mes concitoyens ne se doutant de rien.

En vue de réfréner la déperdition de mes forces, j'ai acheté une caravane dans laquelle je pouvais vivre dans les rares zones blanches d'Allemagne. Ainsi, j'ai la possibilité de me remettre pour rentrer au moins un certain temps dans des zone irradiées. Je porte toujours mon costume de radioprotection quand je quitte la zone blanche. A cause de l'extension rapide du réseau et l'évolution de ma maladie que cela entraînait, je n'étais plus capable de diriger mon entreprise. J'ai dû licencier tous mes employés et cesser l'activité commerciale. Je vis de ce que m'offrent mes amis et les gens qui souhaitent me soutenir. Malgré ces circonstances, il est très important pour moi de faire tout mon travail bénévolement. Ce sont notamment les enfants et les ados qui me tiennent à coeur, parce que maintenant, ils se servent le plus de ces technologies dangereuses et parce qu'ils tombent de plus en plus souvent malades sans savoir que leur portable adoré en est la cause. J'investis la plupart de mes forces restantes dans le travail d'information aux écoles. En second lieu, je lutte pour la préservation des dernières zones blanches pour permettre aux personnes souffrant de l'irradiation de mener une vie digne d'un être humain. Beaucoup de personnes pourraient continuer à exercer leur métier si elles pouvaient déménager assez tôt. De plus, la charge qui pèse sur les familles des personnes concernées serait plus facile à assumer pour tous. Afin de venir à bout de cette tâche et de partager la responsabilité, j'ai fondé avec d'autres personnes l'alliance active pour des espaces sans radiations (Aktionsbündnis für Strahlungsfreie Lebensräume e.V., www.ab-strahl.de). Cette association regroupe des électrosensibles et ceux qui ne veulent pas être exposés aux radiations nocives. On y a également besoin de toutes sortes de soutien et d'aide. Vous trouverez des informations supplémentaires quant à ma vie et mon travail sur ce site Internet.

D'après l'information publiée sur http://www.ulrichweiner.de/

Disconnect No Connection

Agir

Protégez-vous en diminuant votre exposition à l'électrosmog. Si votre travail vous oblige à utiliser un téléphone portable, utilisez votre bon sens et suivez les conseils de l'office Fédéral de la Santé.

Evitez le sans fil et optez pour des connections câblées comme les solutions pour éviter le Wi-Fi.

Faites opposition si votre environnement est ménacé par des implantations d'antennes de téléphonie mobile ! Voir exemple de lettre.

Observez et documentez-vous. Parlez autour de vous des problèmes de l'électrosmog et utilisez votre pouvoir démocratique pour voter des politiciens qui s'engagent contre une prolifération incontrôlée de l'électrosmog.

Cherchez de l'aide si vous en avez besoin! Vous pouvez demander des analyses à des spécialistes ou louer des appareils de mesures et faire votre propre analyse.

 

Nombre de visiteurs

Cette semaine931
Ce mois17454
Total2441435

Aller au haut